Un stade de biathlon, au col de Porte. - © T. Rouves

Du biathlon au col de Porte

Par Richard Juillet, publié en janvier 2013

Profitant d’un engouement pour cette discipline, la station familiale du col de Porte, en Chartreuse, vient d’ouvrir un stade de biathlon.

Février 2010. Les biathlètes français s’illustraient en remportant 6 médailles sur les 11 décrochées par la délégation tricolore aux Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, au Canada. De nombreux téléspectateurs découvraient alors cette discipline nordique exigeante et ses ambassadeurs comme Sandrine Bailly, Marie-Laure Brunet, Sylvie Becaert, Vincent Jay et les Isérois Marie Dorin et Martin Fourcade.
 
Depuis, ce sport, qui conjugue ski de fond et tir à la carabine, a fait des émules, à tel point que de plus en plus de sites nordiques ont dû s’adapter pour faire face à la demande. C’est le cas du col de Porte, station familiale située en Chartreuse, à 25 minutes de Grenoble, qui a ouvert, en décembre dernier, un stade réservé à cette discipline.
 
 
 
 
Sollicité par le Ski nordique chartrousin, l’un des plus importants clubs nordiques de l’Isère, avec 250 licenciés, mais également par les foyers de ski de fond de Saint-Hugues-de-Chartreuse et de Sarcenas-Le Sappey, qui accueillent chaque année plus de 18 000 scolaires – et donc de futurs biathlètes potentiels – le SIVOM de Chamechaude s’est emparé du dossier, soutenu par le Conseil général, la Région Rhône-Alpes, l’Etat, l’Europe et le Parc naturel régional de Chartreuse.
 

Pour tous les publics


 
 
 
Le projet est ambitieux et nécessite un financement conséquent : de l’ordre de 565 000 euros. “Au départ, nous voulions développer une activité biathlon, avec des carabines laser, c’est-à-dire sans balles. Nos partenaires nous ont plutôt conseillé de créer un équipement ouvert toute l’année et qui puisse aussi accueillir des compétitions internationales.
Pour cela, nous devons bitumer la boucle de pénalité de 150 mètres et une partie du pas de tir, afin d’accueillir, à la belle saison, les skieurs à roulettes ou les coureurs à pied”
, explique Michel Becle-Berland, le président du SIVOM – qui regroupe les communes de Saint-Pierre-de-Chartreuse, du Sappey et de Sarcenas.
 
 
 
 
Pour l’heure, il reste encore beaucoup à faire avant d’accueillir des manifestations d’envergure. Le site a été déboisé et terrassé cet été et ses promoteurs travaillent actuellement à l’extension des pistes de ski de fond pour répondre aux standards sportifs internationaux. “Il nous manque une boucle de 10 km et, bien sûr, toutes les structures du tir, pas-de-tir, portes-cibles, mur d’arrêt, locaux techniques et d’accueil... qui seront réalisés l’été prochain,” renchérit Jacques 
Santoni, 1er adjoint au maire de 
Sarcenas.
Ce qui n’empêche pas déjà le stade de fonctionner, avec des structures démontables.
 
​​​​​​
​​​